Woonona Beach, Australie

Le problème avec les vacances à la plage c’est qu’on a toujours un agenda surchargé entre la mer, la piscine, le bronzage, les barbecues, les mangues, les siestes et les livres à lire. Et quand en plus il faut ajouter le temps de trajet de la maison à la plage d’environ 1mn30 à pied, ça devient vraiment compliqué. Heureusement, maintenant que je me lève aux aurores, j’ai 13 heures pour m’organiser avant le coucher du soleil.
Alors Woonona, c’est une petite ville tranquille au bord d’une très belle plage de surfeurs, de grosses vagues et d’aucun touriste. C’est toujours les grandes vacances en Australie mais bizarrement la plage est plutôt déserte. Il faut dire que le sable, donc l’eau d’après mes brillantes déductions, regorge de Blue Bottles, des méduses dont la piqûre est extrêmement douloureuse et qui en plus sont moches, et que les courants sont forts, donc on comprend mieux pourquoi l’espace baignade est limité à 10 mètres sur une plage qui fait 2km. C’est aussi pour ça que beaucoup de gens préfèrent la piscine, ai-je supposé. En effet, la grande majorité (voire la totalité) des plages australiennes ont une piscine d’eau de mer. Et pas la petite piscine, un vrai bassin creusé dans la roche et aménagé avec vestiaires et tout, ouvert 24h/24 et avec une vue imprenable.
On peut aussi aller à marée basse sur les roches devant la piscine, mais là encore la nature australienne sait nous faire comprendre combien on est les bienvenus. Les rochers sont striés de ferraille rouillée naturelle, port de la tong obligatoire si vous ne voulez pas que le tétanos vous achève après avoir survécu aux courants, vagues, coups de soleil, méduses… et peut-être même aux requins sans le savoir !

Mais malgré tous ces dangers qui guettent, la réalité c’est que les vacances à la plage ça se passe toujours très bien au final donc ça donne rien à raconter sur un blog. Du coup je vous mets des photos, ce sera plus parlant.

  • woonona beach

 

Si vous aimez, partagez !Email to someone
email
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

Un commentaire

  1. Nom Emmanuelle

    Nous c’est la même au Cambodge sauf les méduses et le courant en moin ! Profite bien !

Publiez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique. Champs obligatoires *

Date de publication : 28 janvier 2015