Visite capitale de Canberra – Australie

La première réaction des personnes à qui j’ai annoncé que je passais un long weekend dans la capitale australienne Canberra a été un enthousiaste : « Mais pourquoi?! ». Jusqu’à ce que j’ajoute que je rendais visite à une amie, et là tout prenait son sens. Rassurant donc. L’idée générale est que Canberra ne fourmille pas d’activités, en gros si vous trouvez un jour que votre vie est trop intense, allez faire un tour là-bas. C’est vrai que c’est la perception qu’on a souvent des villes capitales où sont concentrées uniquement institutions gouvernementales, ambassades et fonctionnaires. Vous ne me direz pas que Ottawa ou Washington sont sur votre liste de destinations prioritaires.

vue de canberra

Essayez de trouver les bâtiments si vous pouvez !

Mais je suis bien contente d’être allée à Canberra, déjà pour voir Virginie et son fils de 5 ans Duncan qui m’a permis lors des Floriades, un festival annuel de fleurs arrangées en jolis parterres, d’accéder à la ferme des petits animaux où j’ai pu caresser des minis cochon, lapins, chèvres, poney et poules à poils (le seul type de poules que je pourrais à la limite trouver mignon. Depuis le visionnage des Oiseaux d’Hitchcock, j’ai du mal avec les animaux à bec) et aussi – je reprends ma phrase – pour découvrir une ville totalement atypique.

Canberra est une ville étrange. L’histoire dit que Melbourne et Sydney se battaient pour être la capitale à l’époque (laquelle je ne sais plus) et pour les départager les Australiens ont décidé de créer une capitale à partir de rien au milieu de nulle part. Il faut dire que les hivers dans ce coin du bush sont très froids et les étés très chauds, un climat idéal donc déjà pour commencer. Mais Canberra est aussi étrange parce que c’est une ville très étendue mais avec la population de Nice. Ce sont en fait plein de bâtiments au milieu de prairies, de parcs et de bois, plutôt que l’inverse. Donc pour un long weekend reposant c’est parfait, pour une vie sociale animée ça l’est moins. La maison du Premier Ministre a très rarement été habitée au fil des décennies, ça vous donne une idée si même le chef de l’Etat refuse de s’y installer.

En attendant peut-être que les grosses huiles boudent Canberra mais moi j’ai passé 4 jours sympas au soleil dans la nature, tout en ayant accès à l’eau courante. Et la nature est pour le coup toute proche avec le parc national de Tidbinbilla à moins d’une heure de voiture (la moitié du temps étant passé à essayer de sortir de cette ville, pas ce qu’il y a de plus abouti en matière d’orientation si vous voulez mon avis et celui de ma conductrice). Arrivées au parc, on s’est lancé dans une rando de quelques heures pour atteindre Gibraltar Peak en passant au milieu de kangourous, de prairies et de forêts. Je ne me lasserai jamais du bush australien (j’appelle bush tout ce qui a un arbre parce que la définition est plutôt floue franchement), c’est tellement exotique pour un Européen (ou pour n’importe qui parce que j’ai lu que l’Australie est l’endroit qui a le moins changé depuis la nuit des temps), beau, calme et avec une faune et une flore évidemment surprenantes. Arrivées au sommet, haut lieu spirituel Aborigène, nous n’étions que toutes les 2 assises sur nos énormes pierres à manger nos sandwichs en admirant la vallée.

En parlant d’Aborigènes, le meilleur endroit pour faire valoir leurs droits et améliorer la politique du pays à leur égard, c’est évidemment la capitale. Mais ne se sentant pas assez écoutés, ils ont installé dans les années 70, devant l’Ancien Parlement, qui ne l’était pas à l’époque évidemment, sont pas débiles, une grande tente comme un chapiteau qui est en fait leur ambassade et que, dans mon ignorance, j’ai bien entendu pointée du doigt à Virginie en disant « tiens y a un cirque en ville »…

peinture aborigene crocodile

Peinture aborigène

milkshakes

Les milkshakes bretzels-nutella et brownie de Patissez

On a également visité le War Museum, une institution à Canberra, mais les mémoriaux de guerre ont une grande importance aussi dans le reste de l’Australie. J’y ai appris de nombreuses choses – puisqu’à la base je partais de peu, soyons honnêtes on ne sait quasiment rien de l’Australie – dont un détail hein : que les Australiens avaient combattu à nos côtés pendant les 2 guerres mondiales et même dans la bataille de la Somme et de Fromelles en France ! Est-ce qu’on m’a jamais dit ça à l’école ? No way. L’Australie joue les modestes et on le lui rend bien…

Pour continuer notre immersion culturelle, on a aussi visité le National Botanic Gardens, la National Portrait Gallery (portraits d’Australiens célèbres principalement, qu’on ne connaît donc pas) et la National Gallery qui a une superbe collection d’art aborigène et qui en plus est gratuite. J’ai lu quelque chose de très pertinent sur l’art aborigène dans un bouquin de Bill Bryson, Down Under, (que je vous recommande, le livre et l’auteur) c’est que la culture aborigène est la seule au monde qui se perpétue et ce, depuis des dizaines de milliers d’années. En quoi c’est intéressant ? Eh bien ça veut dire que vous avez des gens vivants pour vous expliquer exactement ce que ces peintures ou sculptures ancestrales signifient. Imaginez si on avait encore des mecs capables de nous expliquer ce qu’ils ont peint à Lascaux ! Ce serait un peu comme aller dans une galerie d’art contemporain et d’avoir quelqu’un à vos côtés qui y comprend quelque chose, ce serait pas fantastique ?!

Après 4 jours d’histoire, de culture, de soleil, un milkshake de folie au café le Pâtissez (sans doute une référence à pâtisserie mais vous conviendrez que ça n’a pas beaucoup de sens comme mot. Je ne comprends jamais pourquoi quand les gens ouvrent un commerce avec un nom étranger dont ils, apparemment, ne maîtrisent pas les subtilités, ils ne demandent pas à un natif de leur valider, juste au cas où…) et un après-midi à tondre la pelouse avec une tondeuse mécanique (activité pour laquelle je me suis portée volontaire je précise), je suis allée prendre mon avion pour Melbourne, comme on prend le bus, 10mn à la sécurité, 1 heure de vol. L’aéroport est absolument nickel, au cordeau et vide. Ça vous annonce la couleur en même temps.

  • vue du memorial canberra
    Y a de la place pour courir en centre-ville !
Si vous aimez, partagez !Email to someone
email
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Google+
Google+

2 commentaires

  1. sylv

    Ahah:) en effet ca fait un bon slogan!
    Non la photo du kookaburra etait pas belle, mon objectif sur mon tel est pas top..

  2. Virginie Huet

    Magnifique la photo panoramique!
    Et la photo du Kookaburra sur sa plante elle a rien donnee?
    « 4 jours sympas au soleil dans la nature, tout en ayant accès à l’eau courante »: bah voila. Je crois que ca va etre la nouvelle phrase pub pour attirer les gens!

Publiez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique. Champs obligatoires *

Date de publication : 28 septembre 2015