Tasmanie : la côte Est

Je me suis rendue en Tasmanie par le ferry depuis Melbourne, histoire de changer des aéroports. Le Spirit of Tasmania a au moins 10 étages et de longs couloirs avec des dizaines de cabines de chaque côté. Ça fait un peu l’effet de voyager sur le Titanic… en 3e classe, celle qui se noie quand le bateau coule.
Je n’ai pas eu besoin de chercher mon gilet de sauvetage, que je n’aurais de toute façon pas su trouver, et suis arrivée à Devonport, Tasmanie, pour récupérer ma voiture de location. Ici on conduit à gauche donc la première demi-heure a été remplie de prières muettes « Pourvu que je crashe pas la bagnole, la franchise est de combien déjà?, ah oui max 3500 $, ok c’est que de l’argent, c’est que de l’argent ». Mais finalement conduire à gauche a été a piece of cake, d’ailleurs j’avais même pas pris le GPS tellement j’étais confiante. En même temps, j’avais quand même étudié la carte de la Tasmanie avant de partir, et vu qu’il y a aussi peu de routes qu’en Islande, même moi je devais pouvoir m’en sortir. carte routes tasmanie

1ère étape : Coles Bay, près du Freycinet National Park sur la côte Est au bord de plages de sable blanc et d’eaux turquoises. Enfin, ça se voit sûrement mieux quand il pleut pas, je suppose. Mais la pluie n’aurait su entamer ma détermination à faire de mes 15 jours en Tasmanie une épopée de randonnées, ni même de me baigner dans la mer. Autant dire que malgré la couleur de l’eau, ça n’a rien à voir avec les Caraïbes. Mais avec les personnes rencontrées à l’auberge de jeunesse la plus spacieuse et la plus nickel que j’ai jamais vue, on avait dit qu’on se baignerait. Et il faut tenir ses promesses. Vu que le mauvais temps s’installait, on s’est dit qu’on allait continuer de descendre la côte pour trouver d’autres « activités ». Bon, la Tasmanie c’est 3 villes principales, Hobart, la capitale, Launceston et Devonport. Entre-deux, ce sont de petites villes ou villages qu’on traverse souvent via leur unique rue. Mais surtout la Tasmanie c’est près de 20 parcs nationaux et réserves. Ceci explique cela. Et l’île étant sauvage en majeure partie, elle est donc superbe où qu’on aille. Et on peut aller partout vu la dimension de l’île. C’est pourquoi en 2 semaines j’ai vu des forêts denses et profondes comme des forêts tropicales, des montagnes, des lacs, des plaines, des plages.

Après quelques heures de voiture, on s’est arrêté à Port Arthur pour faire le Ghost Tour de nuit. Port Arthur c’est une ancienne colonie pénitentiaire où les forçats du Royaume-Uni étaient envoyés, hommes, femmes et enfants sans discrimination aucune, pour finir leurs jours au soleil à siroter de la limonade devant un barbecue. Ouais donc ils organisent aujourd’hui des Ghost Tours vu que le coin était tellement sympa qu’il est, paraît-il, hanté par toutes ses âmes ingrates qui ne savaient pas reconnaitre une opportunité de changer de vie quand ils en voyaient une… Bref, vous aurez deviné que ce Tour n’était pas vraiment mon idée… En gros, on visite des bâtiments vides dans le noir avec un guide qui vous raconte des histoires horribles qui sont toujours arrivées à quelqu’un qui connaît quelqu’un. Et puisqu’on était dans le thème, le lendemain après avoir dormi dans une maison au milieu des bois, on s’est rendus à Hobart un dimanche après-midi. Autant dire qu’il y avait à peu près autant d’âmes vivantes là-bas qu’à Port Arthur.
J’aurais peut-être dû donner une seconde chance à Hobart mais le lundi à 8h30 j’étais sur la route, laissant derrière moi mes compagnons retourner à leurs jobs. Direction : en fait pas du tout là où j’avais prévu d’aller au début mais un panneau croisé au détour d’un chemin et indiquant Mount Field National Park m’a fait me dire « et pourquoi pas ».

  • coles bay tasmanie
    Coles Bay - Freycinet National Park

 

Si vous aimez, partagez !Email to someone
email
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Google+
Google+

Publiez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique. Champs obligatoires *

Date de publication : 15 février 2015