Lisbonne ? Tudo bem !

La compagnie Vueling c’est pas cher mais pas de là à rater son vol, c’est pourtant ce qui arrive quand vous restez assis en vous disant que vous irez à l’embarquement quand il n’y aura plus la queue et qu’en fait, il ne s’agit pas de votre porte d’embarquement. C’est donc au son de « dernier appel pour Lisbonne » que je me suis rendue au Portugal.
bonbons chocolat lisbonneJour 1 : Pas la bonne adresse pour se préparer à la plage.
On découvre qu’au resto les hors d’œuvre déjà présents sur la table ne sont pas offerts pour vous accueillir. Ils sont là pour anéantir votre volonté (si vous en avez jamais eu devant la bouffe) de « ne pas trop manger » ce soir et sont bien sûr payants. Comprenez : « idée du siècle » parce qu’une fois que le pain, le beurre, le fromage de chèvre (délicieux), la charcuterie et les olives sont sur la table, sachez-le : vous êtes foutus. Heureusement, les Portugais sont généreux et ces petites tapas ne coûtent pas cher. Et c’est donc encore pire les jours suivants, on est bien d’accord.
Les restos portugais ne lésinent pas non plus sur les portions, c’est pas ici qu’on commence un régime. Vous voulez manger des sardines parce que le poisson c’est sain et c’est bon pour la ligne? Ah bah oui mais les sardines grillées s’accompagnent beaucoup mieux trempées d’huile d’olive au fond de l’assiette. Et puis vous prendrez bien un peu de dessert? Allez, une petite crème au lait concentré sucré, un petit pastei de nata (sorte de mini-flan super bon) ou un beignet plein de sucre frit dans l’huile. Caramba! OK « caramba » c’est pas portugais mais justement ce qui est fantastique avec les Lisboètes c’est qu’ils comprennent quand je leur parle espagnol, des gens bien je vous dis.
Jour 2 : Pas la bonne adresse pour pratiquer votre portugais donc.
C’est fou, hein?! mais les Portugais des restos, des magasins, etc parlent français, anglais, espagnol et peut-être même portugais à leurs heures perdues. Amis Parisiens qui côtoyez le touriste en goguette, prenez-en de la graine! Parce qu’en plus les Portugais sont gentils avec les touristes. Oui c’est de la généralisation pure et simple, mais ça simplifie la vie!lisbonne portugal toits
Jour 3 : Pas la bonne adresse pour se compliquer la vie justement.
Une ville à taille humaine (voire assez désertée par les humains d’ailleurs par endroits, c’est assez étrange de visiter une capitale vide quand on habite Paris. A vrai dire c’est pas étrange, c’est génial), 4 lignes de métro, le tram n°28 qui vous embarque pour les principales attractions de la ville. (Nous, on a commencé par le cimetière. En général c’est plutôt là qu’on finit je vous l’accorde, d’ailleurs il se trouve au… terminus du tram. Et pour continuer dans la blague morbide, ce charmant cimetière s’appelle Dos Prazeres, ce qui veut dire cimetière des 2 plaisirs… Un plaisir pour celui qui part et un plaisir pour celui qui reste?! On peut même voir à l’intérieur de caveaux délabrés ou abandonnés des cercueils souvent entrouverts. Charmant me direz-vous, hé bien oui et très… tranquille avec de grands cyprès et des allées pavées).Bref, je disais donc pas besoin d’avoir fait l’étude du cadavre cadastre, pardon, pour se lancer à l’assaut de Lisbonne, il faut juste de bonnes chaussures et une condition physique minimale, apparemment, parce que ça grimpe. Je dis « apparemment » parce qu’à mon humble avis 10mn de sport la semaine devrait vous permettre d’affronter les montagnes russes de Lisbonne… mais apparemment encore, il se peut que vous passiez vos vacances avec des compagnons de voyage qui vous vendraient pour un vélo électrique…clochers lisbonne portugal

Jour 4 : pas la bonne adresse pour rater votre séjour.P1050804
Même si vos amis vous vendent. Hé ouais, 25° à la mi-novembre, un grand soleil qui fait miroiter les carreaux de céramiques colorés qui ornent les façades de toutes les maisons et bâtiments (fin du moment poétique), des bonnes pâtisseries qui ne pardonnent pas, du bon poisson péché par des petits marins à petits bonnets bleus sur des petits chalutiers qui ne pratiquent pas la surpêche, ok d’accord je m’emballe… Oh et j’allais oublier un point très important : des mojitos XL à 4€ hors happy hour.
Donc en conclusion, à part manger et parler espagnol, on a l’impression que je n’ai rien vu de Lisbonne mais c’est simplement parce que tout ce qu’il y a à voir est indiqué dans les guides alors je pourrais vous faire la liste des lieux visités. Mais non. Achetez-vous un guide et faites vivre la FNAC
Adeus !
Si vous aimez, partagez !Email to someone
email
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Google+
Google+
Tagged with:    

Publiez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique. Champs obligatoires *

Date de publication : 27 novembre 2013