Voyage à Bali – épisode 3 : Ubud, à la recherche de la rizière perdue

bali-enfants-ubud-rizieresAujourd’hui, c’était vélo dans les rizières d’Ubud. Et ce fut épique. Descendues au Artini cottages 1, une jolie et calme pension de famille comme il y en a beaucoup à Ubud, ville du zen (sauf pour la circulation évidemment), nous avons loué des vélos auprès de notre logeur qui nous a apporté notre petit-déjeuner sur notre terrassette privée. 1er conseil : demander à voir le vélo avant ! Certes ils roulaient mais le code de la route étant ce qu’il est ici, disons…optionnel, je risquais à chaque mauvais mouvement de m’imprimer les dents dans les genoux. Quant à Céline, on venait sûrement seulement d’enlever les roulettes à son engin de mort ! Et direction les rizières sur la route de Pengeng, sauf que sans pancarte, sans boussole et sans GPS iPhone, c’est tendu. Autant vous dire qu’on n’a jamais vu Pengeng. En revanche, on a visité Ubud hors des sentiers battus, du moins pour nous vu qu’on n’avait pas de carte, ces sentiers c’était la grande aventure ! On a fait du slalom entre les voitures et les scooters (note à moi-même : me souvenir qu’ici on roule à gauche), on a failli être dévorées par une meute de chiens errants et des coqs nous ont regardé d’un sale œil, mais au final, après 3 heures dans cet enfer bucolique, on a trouvé une rizière ! Et la on a pris des photos, on s’est baladé dedans, on a rencontré des gens sympathiques, comme la majorité des Balinais jusqu’ici, et on m’a même interviewée ! Certes, c’était une écolière pour un devoir d’anglais mais elle m’a filmée avec son portable, je vais faire mes débuts sur YouTube !
Après tout ce sport, on a squatté la piscine de l’hôtel d’en face. Il n’y en a pas dans le nôtre et comme c’est la même famille (Artini cottages 2, beaucoup plus chic ce côté de la famille) point de problème. Petit bémol : l’eau n’est pas chauffée, 29° limite comme accueil je dirais !
Ce soir, après nous être sustentées de cuisine balinaise à base de spaghettis bolos et sandwich à l’avocat (mais aussi du dessert typique de gâteau de riz de noir au lait de coco, on n’est quand même pas QUE des touristes) nous partons à 2h, oui du matin, pour faire l’ascension du volcan Batur avant le lever du soleil. Avec un guide certes, mais ça aussi ça va être épique sans lampe de poche, sans fringues adéquates, sans… [ Pourvu que je puisse écrire l’épisode 4…]
Si vous aimez, partagez !Email to someone
email
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Google+
Google+
Tagged with:    

Publiez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique. Champs obligatoires *

Date de publication : 23 mai 2013