Family roadtrip dans l’Ouest américain

snow canyon

Snow Canyon

En octobre, à la fin de mon année sabbatique, j’ai rejoint ma famille pour un roadtrip dans l’Ouest américain. Personne n’a été laissé sur le bas côté, ce qui après ces premières vacances ensemble depuis une dizaine d’années est en soi un challenge accompli. Mais ce ne sera pas le seul fait marquant car pendant ces vacances j’ai : discuté religion avec un Mormon, remarié mes parents, goûté au caviar, dormi dans 15 motels de toute sorte. En tout, on aura fait pas loin de 3 000 km pour notre boucle Vegas – Vegas en passant par TOUS les parcs du coin, enfin du grand coin parce que les Etats-Unis c’est pas l’Alsace (ne me demandez pas pourquoi l’Alsace) et même avec tous ces kilomètres sur la carte ça n’impressionne pas des masses en distance parcourue.

mesquite sand dunes a death valley

Mesquite sand dunes, Death Valley

Comme je voulais soigner notre entrée, on a commencé par le Grand Canyon. Faut dire que c’est plutôt grandiose. Et puis quand on se dit que c’est là depuis des millions d’années, ça vaut bien un petit selfie. Mais nous n’étions pas les seuls à avoir eu cette idée. Quand j’étais venue 8 ans auparavant il y avait déjà du monde mais aujourd’hui l’Ouest est vraiment devenue LA destination vacances, et c’est là que je me suis remerciée mentalement de ne pas avoir écouté la feignasse en moi, qui ne sommeille même plus à ce stade, et d’avoir réservé toutes les nuits du séjour.

bryce canyon

Bryce Canyon

Après cette première étape, on s’est ensuite enfilé les National et State Parks sous le soleil : Antelope Slot Canyon, Arches, Natural Bridges, Valley of Fire, Snow Canyon, etc; dans le brouillard à Bryce Canyon; sous les inondations dans la Death Valley (trop d’eau dans la Vallée de la Mort on croit rêver !) et sous une grêle de fin du monde au Zion Park. Heureusement les voitures de location c’est comme les cafards, ça survit à la fin du monde. Je n’avais jamais vu une tempête de grêle et encore moins au milieu des montagnes, j’ai pensé aux pionniers mormons qui s’étaient installés dans la région au 19e siècle avec leurs charriots et leurs cabanes en bois avaient dû bien se marrer parfois.

zion park

Zion Park

D’ailleurs à St George dans l’Utah, l’état mormon par excellence, on s’est arrêtés au temple. Une cathédrale tellement blanche qu’elle en brûle les yeux au soleil, et ce n’est sûrement pas un hasard parce que du coup on la voit de loin et ça attire le touriste en goguette comme moi. Je ne sais pas s’ils vont tous au Visitor Center mormon comme je l’ai fait mais je ne pouvais pas ne pas. J’ai donc appris que leur prophète s’appelle Joseph Smith, pas super marquant comme nom, qu’il a vu Dieu pendant une balade en forêt et que celui-ci lui avait indiqué de fonder LA vraie religion évidemment, c’est-à-dire l’Eglise de Jésus Christ des Saints des Derniers Jours. Oui, Mormon est juste un surnom et on comprend pourquoi. Le monsieur de l’accueil m’a expliqué 2-3 trucs comme ça, refiler le livre des mormons et essayer de m’enrôler dans une visite pour voir une grande statue de Jésus, là bizarrement je n’avais plus le temps. Ça me brûlait la langue de lui poser la question qui fâche mais il faut savoir que la polygamie est interdite depuis 1889 donc peu de mormons sont polygames, ceux qui le sont vivent dans l’illégalité mais se baladent tranquilles au supermarché Walmart. On reconnaît les femmes-soeurs, comme on appelle les différentes femmes d’un seul mari, à leur tenue, grandes robes longues et couvrantes de couleur ennuyeuse, et une coiffure des années 80 qui l’est encore plus. Attention à ne pas confondre les Mormons avec les Amish qui eux aussi vivent dans les années 80 mais plutôt 1780.

temple mormon de st george

Temple mormon de St George, Utah

En attendant les Mormons ne payent peut-être pas de mine mais les pionniers et pionnières ne rigolaient pas quand ils ont commencé à s’installer dans l’Ouest, entre les maladies, les intempéries, l’hypothermie, la famine, les attaques d’Indiens (qui n’avaient pas demandé à ce qu’on les extermine non plus, on est bien d’accord) et enfin l’arrivée dans leur nouvelle « parcelle » d’adoption au milieu de nulle part avec zéro bar et encore moins de maison pour les accueillir accessoirement. On voit vite que c’était un autre genre de roadtrip que le nôtre.

monument valley au coucher de soleil

Monument Valley

Déjà nous les Indiens, on les a rencontrés dans la Monument Valley. C’est notre guide Navajo, Bobby, ah oui ça fait moins d’effet que Danse avec les loups, qui nous a fait la visite en jeep et qui nous a expliqué que les westerns des Johns Ford et Wayne c’était un peu n’importe quoi au niveau de la représentation de leur peuple : les Navajos ne portaient quasi jamais de plumes et ne vivaient pas dans des tipis mais des hogans (sortes de cabane en terre et en bois). Des détails quoi.

Dans notre périple, on n’a jamais connu la famine non plus. D’ailleurs, parmi les bons souvenirs de la familia, on a les diners (des restos typiques américains avec des banquettes) et surtout celui de Moab, Utah. La bouffe US c’est addictif, même ma mère
mangeait à tous les repas alors que ça fait 40 ans qu’elle se nourrit d’une pomme pour le déjeuner. monument valley en famille
En revanche, ce que les pionniers n’ont jamais connu c’est la panne d’essence, nous non plus en fait mais c’était pas faute d’essayer. Heureusement on est arrivé à Tropic au Virgin River Hotel Casino. Bien sûr pas loin il y a Vegas et le strip avec ses casinos luxueux mais ce que je préfère ce sont ces casinos bien kitsch avec les mamies greffées à leurs machines à sous et leur bouteille d’oxygène assises à côté d’autres mémés qui fument des clopes en fixant leur écran sans se soucier de ne jamais rien gagner. Sans compter ces gens au bingo qui tamponnent leurs cartons à longueur de journée dans une salle de la taille d’un hangar avec l’animatrice qui lit les numéros d’une voix monocorde : 21, 2-1; 53, 5-3; 18, 1-8… Y a quand même des jobs pour lesquels ça vaut le coup de se lever le matin.

horseshoe bend

Horseshoe bend, Page

Puisqu’on était dans le « couleur locale », mes parents ont décidé de se remarier à Vegas à la Lucky Little Chapel. Non Elvis n’était pas là, à titre informatif il prend 250$ minimum les 5 minutes de cérémonie, et si c’est celui qui se baladait dans son charriot électrique sur le boulevard, merci on s’en passera. C’est une femme révérend qui a officié la cérémonie, ma sœur et moi faisions les témoins et traductrices, ensuite évidemment la séance photo puis le
clou du spectacle : on a fêté ça au buffet du Bellagio ! Désolée mais après 3 semaines  aux Etats-Unis, la bouffe vous ne pensez plus qu’à ça ! Le buffet du Bellagio c’est pour moi le symbole de la décadence gastronomique américaine. Pas pour la qualité qui est excellente, on a même pu manger du caviar !, mais pour une quantité de nourriture telle que c’en est indécent.

Immigrée illégale traversant la frontière

Immigrée illégale traversant la frontière

C’est un buffet à volonté, ce qui veut dire qu’on peut y retourner à volonté et ce qui place les gens sur mon échelle perso en 3 catégories : ceux qui prennent une assiette normale et retourne s’asseoir pour la déguster, ceux qui prennent direct 2 assiettes où ils empilent la bouffe comme s’ils sortaient d’un bunker après 30 ans et, ceux qui ne finissent pas, voire ceux qui laissent pleine leur assiette parce que finalement ils ont vu trop gros. Ceux-là quand je passe près d’eux assis à table j’ai un rêve secret : leur mettre une bonne baffe derrière la nuque, paume bien à plat pour que ça claque bien. Au lieu de quoi le serveur a ramassé l’assiette abandonnée pleine de desserts (sacrilège suprême) et l’a emmené en cuisine, impassible.

Après 3 semaines de vacances, 28° en moyenne, un 24 octobre passé au bord de la piscine de la Stratosphère et beaucoup trop de pancakes, la familia est rentrée pour Paris et je me suis offert une petite semaine sur la côte Est.

antelope canyon

Antelope Canyon à Page, Arizona

lake powell arizona

Lake Powell

 

Si vous aimez, partagez !Email to someone
email
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Google+
Google+

Un commentaire

  1. Nom *BECKER

    SUPERS COMMENTAIRES.
    MERCI POUR CE MOMENT DE DÉTENTE ET
    DE DÉPAYSEMENT.
    GÉNIAL, TON HUMOUR.
    BISOUS.

Publiez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique. Champs obligatoires *

Date de publication : 18 novembre 2015