Une semaine sur la côte Est des USA

parlement de boston

Parlement de Boston

Après l’Ouest, je me suis arrêtée sur la côte Est des Etats-Unis pour passer une petite semaine entre Boston, New York et Philadelphie avant de rentrer en France.

Arrivée à Boston, j’ai fait mon check-in à l’auberge de jeunesse puis suis sortie visiter la ville. A peine ouvert mon plan, je me suis fait un ami du SDF du quartier qui m’a demandé où je voulais aller pour m’y emmener. Direction l’office de tourisme évidemment avec mon compagnon qui s’apprêtait à « célébrer » sa 23e année dans la rue depuis qu’il a quitté l’armée. Je lui demande si c’est dur comme vie, LA question débile, mais il me répond que ça va, tout le monde le connaît dans le coin et qu’il va dans les foyers. Et qu’il prend des douches, il ne me l’a pas dit mais j’en atteste, vu que lorsqu’on s’est séparé je lui ai filé un billet et lui une embrassade ou hug à l’américaine. Dix minutes à Boston et j’ai déjà un pote qui connaît bien la ville, accueillant cet endroit.

A l’office de tourisme, un monsieur très sympathique m’a fourni un tas de brochures et d’info notamment sur la Freedom Trail, un parcours qui permet de s’instruire sur l’histoire de Boston en se baladant à pied à travers la ville. Boston est le haut-lieu de la révolte des colonies américaines à l’époque où elles étaient sous le joug de la couronne britannique, et a lancé le mouvement vers l’indépendance, qui sera établie un peu plus tard à Philadelphie. Boston aujourd’hui c’est une ville agréable, beaucoup plus tranquille que New York, avec un ensemble de monuments historiques et un mini Central Park superbe avec les couleurs de l’automne. On y trouve aussi la fameuse université de Harvard à 15mn en métro. Comme l’office du tourisme n’avait plus de plan de métro, j’ai eu recours à celui de l’hôtel de 2 mètres sur 2 et accessoirement rideau de ma douche, pratique pour gagner du temps le matin. Que dire d’Harvard ? Déjà ce n’est pas comme je l’imaginais, c’est plus petit et surtout pour trouver un étudiant parmi tous les touristes faut se lever tôt ou se coucher tard si vous arrivez à vous faire inviter à une Frat’ party. Non ça n’a pas été mon cas, ne vous attendez pas à une anecdote. Bien entendu j’ai quand même vu au moins un étudiant, celui-là on ne le rate jamais sur les campus US, c’est celui qui porte des tongs, un short et un t-shirt par 8 degrés. C’est toujours marrant de rencontrer des personnages atypiques sur son chemin, comme ce gars qui voulait me faire donner à son association avec un bonnet de castor sur la tête, ou ce barman asiatique à qui j’ai demandé un premier verre de vodka orange puis suis revenue pour un verre de malibu ananas, enfin c’est ce que j’aurais aimé boire mais après 3 tentatives pour lui faire comprendre alors que la bouteille était juste derrière lui, il me répond « oh yes vodka » d’un hochement de tête enthousiaste tel que j’ai dit « oui c’est ça » dans un grand sourire et un pourboire. Vodka ananas c’est dégueulasse.

Mais cette fois j’ai aussi vu des stars ! Retour à New York au Madison Square Garden pour le 1er match de la saison de basket des Knicks qui se sont pris une tôle contre les Hawks d’Atlanta. Etaient présents Mulder de X Files, Jimmy Fallon, Ed Burns et Kate Upton. Bon, ils étaient au 1er rang gratos et moi au 50e pour 95$ donc je les ai vus sur l’écran, comme si je les avais vus à la télé en fait… Heureusement pour ce prix-là, j’ai eu droit à un t-shirt gratuit, l’hymne national par une American Idol, des danses de pom pom girls, une bonne ambiance et du basket accessoirement.deguisements pour halloween

Le lendemain matin, j’ai repris un bus pour Philadelphie. Alors Philly qu’est ce qu’on y trouve ? : le fameux Cheesesteak (sandwich steak, oignons, fromage, pas essayé désolée), des Amish au Terminal Reading Market où ils vendent leurs produits dans des vitrines réfrigérées… grâce à l’électricité donc, la cloche de la Liberté ou Liberty Bell qui a sonné l’indépendance des colonies américaines, l’Independence Hall où ont été signées la Déclaration d’Indépendance et la Constitution des Etats-Unis, et Rocky Balboa. Ça en fait des choses à voir, surtout en une journée, mais Philadelphie c’est comme Boston, un centre-ville de taille modérée, une atmosphère tranquille, des habitants sympas, mais qui ne vont peut-être pas le rester face à des touristes Frenchy comme moi qui grugent pour entrer à la soirée Halloween du Museum of Arts, dont les marches de devant sont celles que Rocky montent en courant dans le film.

Après ce petit tour express de Philly, je suis rentrée à NYC pour célébrer Halloween avec quelques milliers de personnes. Après 45mn quasiment sans bouger dans la parade, ma cousine petit chaperon rouge glauque et moi poupée démente nous sommes éclipsées pour aller rejoindre d’autres amies déguisées dans un resto rempli de gens… qui ne fêtaient pas Halloween. J’ai eu comme un sentiment de déjà-vu d’autant plus lorsqu’on a continué dans une soirée certes déguisée mais pas vraiment dans mon thème qui se résumait à criard, cheap et pas pour faire joli.
Enfin le lendemain alors que des milliers de sportifs avaient couru le marathon de New York le matin même, ma cousine et moi mangions le meilleur burger des US, dans le New Jersey, histoire de me préparer à mon retour en France et à mon végétarianisme qui avait été mis à mal ces derniers… mois.

  • boston public gardens
    Boston Public Gardens, le mini Central Park

 

Si vous aimez, partagez !Email to someone
email
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Google+
Google+

Publiez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique. Champs obligatoires *

Date de publication : 18 novembre 2015