Un truc en moins sur ma liste : j’ai défilé au carnaval de Rio

danseuse sur un char du carnaval de rioAlors oui ce n’est pas un titre très modeste mais si vous aviez défilé dans le Sambodromo de Rio de Janeiro pour le carnaval vous le garderiez pour vous ? Non? Non.
Il faut savoir que les horaires m’ont été donnés au cours de ce voyage pour rassurer l’Européenne que je suis quant à une illusoire organisation de notre voyage. La réalité est tout autre car ici on fonctionne en temps relatif et non pas absolu. On est donc plutôt relativement à l’heure qu’absolument en retard. Pour tout.
Avant de défiler au carnaval, on nous avait invité à un barbecue-piscine dans le quartier de Santa Teresa, celui où toutes les rues montent à 20° au moins (j’ai vu une rue, et c’est véridique, qui devait être à 35° ! Sérieusement, je ne vois même pas pourquoi ils se sont emmerdés à la paver, personne ne peut la monter en voiture, ça donnait l’impression d’être face à un mur, en pleine rue…). Il était prévu qu’on se rende au barbecue pour midi, c’est donc naturellement qu’on est arrivés là-bas à 16h.
Le « déjeuner » avait lieu chez Thiago qui devait nous donner nos costumes pour défiler avec l’école de samba Em cima da hora qui nous accueillait dans ses rangs. A ce point de l’histoire, je tue dans l’oeuf toutes espérances de mes lecteurs à m’imaginer en string à paillettes avec des plumes. Notre costume était un mix entre un arlequin, Napoléon et un mariachi (photo au bas de l’article). Y avait de la plume et de la paillette aussi, ne vous inquiétez pas. Et puis un pantalon, un T-shirt à manches longues et un gilet sans manche, pour nous tenir bien chaud en plein été brésilien même la nuit. Je crois qu’on appelle ça un jogging de sudation aussi…
A 19h, on est arrivés dans nos pyjam’ et chaussons, oui oui la totale, au Sambodromo, pour défiler à 21h. Ces 2 heures de préparation sont très importantes, on appelle ça la « concentraçao », je ne vous ferai pas l’affront de traduire, comprenez boire, discuter et faire un tour pour voir les chars des autres écoles.
Et puis, ça y est ! On démarre en dansant et en chantant l’hymne du carnaval ou de notre école, je n’ai toujours pas bien compris, ça et les paroles aussi je ne les ai toujours pas comprises. Mais comme le défilé est un concours où il faut donner de sa personne pour faire gagner son école, j’ai passé une heure à chanter absolument n’importe quoi mais en rythme. Le défilé c’est comme au patinage artistique, on a des notes pour les costumes, le chant, la danse, l’harmonie, etc (sur ce dernier point, il était déjà difficile de mettre nos compagnons brésiliens en ligne les uns derrière les autres donc j’ai des doutes pour notre place sur le podium). Et puis 30 mn plus tard, on arrive au bout du Sambodromo sous les hourras de la foule en délire (NDLR cette remarque est légèrement exagérée) et c’est fini.
nous en tenue pour le carnavalchar au carnaval de rio
Enfin, c’est fini… c’est fini pour le défilé mais c’est reparti pour faire la fête dans la rue ! Le carnaval c’est absolument partout qu’il a lieu, à toute heure. Le bloco le plus populaire a vu 1,3 million de personnes le suivre dans les rues cette année ! 1,3 MILLION de personnes.
Dans Santa Teresa, pendant 4 jours on a assisté à des rodas où les musiciens jouent en cercle au milieu de la foule pendant des heures (et ce n’est pas une image, ça dure des zheures, les Cariocas ne se fatiguent ja-mais de faire la fête), on a écouté une chanteuse sur le balcon d’un bar avec la foule au milieu de la route qui danse pendant que les voitures essaient de se frayer un chemin, on est devenu sourds avec des batucadas qui tapent sur leurs tambours, et des bars qui mettent la musique à fond et qui m’ont permis de vivre le bain de foule le plus humide de ma vie, c’est le cas de le dire.
Imaginez une petite rue pleine à craquer de gens dégoulinant de sueur et où vous êtes persuadé que vous retrouverez votre amie parce qu’elle a parlé d’un bloco cinéma et qu’ils passent la musique de Footlose juste à ce moment-là. Vous vous engagez dans la ruelle et après 3 pas où vous vous dites qu’il n’y a pas de groupe qui joue en fait et que c’est juste la radio, hé bien c’est trop tard pour faire marche arrière ! Et pendant que les gens partagent leur transpiration avec vos épaules, vos bras, vos joues, votre t-shirt, que vous croisez au milieu un mec avec sa glacière qui vend des bières et qui ne bougera plus de là jusqu’au lendemain matin ça c’est sûr, et que vous arrivez enfin au bout de la ruelle, là, au lieu d’être dégoûtée (juste un petit chouia quand même certes) vous vous dites que c’est quand même un truc de fou ! Un truc de fou aussi que ces personnes aient décidé de leur plein gré de rester dans cette ruelle pour y passer la soirée !
Donc un conseil, le carnaval de Rio, mettez-le sur votre liste de trucs à faire dans votre vie !
Si vous aimez, partagez !Email to someone
email
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Google+
Google+
Tagged with:    

Publiez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique. Champs obligatoires *

Date de publication : 28 février 2014